Pour atteindre un rêve, il faut persévérer

Aldiaphora

Bakuman de T.Ohba et T.Obatha. Édition Kana, tomes 1 à 20, 2010-2015.

-Résumé-

Quand deux camarades de classe, doués en dessin pour l’un et en écriture pour l’autre, décident de collaborer, le résultat n’en est que surprenant. C’est ainsi que Mashiro et Takagi se fixent un objectif pour le moins ambitieux : devenir les mangakas les plus populaires du Japon.

View original post 365 mots de plus

Harcèlement mortel – Andrea Kane

51ov9zKYg-L._SX296_BO1,204,203,200_Résumé :

-Je reviendrai et, la prochaine fois, nous aurons tout notre temps …

Après avoir prononcé ces paroles menaçantes, le millionnaire Gordon Mallory abandonne Taylor ligotée à un lit. Le soir même, l’homme meurt dans l’explosion de son yacht. Depuis, Taylor souffre de cauchemars récurrents. Contre toute logique, elle est persuadée que Gordon rôde autour d’elle et l’épie. C’est impossible, et pourtant il est le seul à pouvoir lui envoyer ces mails malveillants. A moins que ce ne soit Jonathan Mallory, le jumeau de Gordon? Prise au piège, Taylor se tourne vers le seul homme qui lui inspire confiance, Reed Weston, un avocat idéaliste. Elle est loin de se douter que sa présence va déchaîner la fureur de celui qui tisse autour d’elle une toile de plus en plus inextricable…

Ce que j’en ai pensé :

Tout d’abord, le point le plus impressionnant est le rythme dans l’intrigue. Chaque fois qu’on pense qu’on a trouvé la réponse, on est surpris par un élément encore plus troublant.

Étant une grande fan de thrillers et de policiers, je ne pensais pas, en voyant la couverture, que ce serait si amusant à lire. (comme quoi il ne faut vraiment pas juger un livre par sa couverture, les enfant!). Les personnages sont d’autant plus  attachants pour les uns qu’ils sont répugnants pour les autres, on se sent pris par l’histoire.

Je pense néanmoins que j’ai tellement aimé parce que je suis une femme. (Dites moi ce que vous en pensez, les garçons…) Le livre n’est pas forcément écrit d’un point de vue féminin, mais on sent, par exemple dans les scènes d’amour, que c’est écrit par une femme. J’ai donc trouvé cela plutôt rassurant.

Enfin, permettez moi de pousser un petit coup de gueule à propos des éditeur (si ce sont eux qui rédigent les quatrièmes de couverture), qui nous dévoilent toute l’intrigue dans le genre policier. J’ai tout de suite su, sans même lire livre, dans quelle direction regarder (qui s’est avérée être la bonne). Imaginez ma déception!

La chute est tout de même bien tournée, et très satisfaisante.

A vous maintenant de me donner votre avis, si vous l’avez lu.

(shuut … faut pas le dire aux autres, mais donnez votre avis même si vous ne l’avez pas lu..)

Mot d’excuses

3183425869_1_2_yrWKJdCSJe tiens à présenter mes plus plates excuses à mes abonnées, que j’ai abandonné pendants ces trois mois d’été. Je n’ai été ni débordé, ni empêché. Je n’ai donc pas de motif valable. Sauf que je ne suis pas arrivée à lire pendants mes vacances, et Dieu sait que j’ai essayé… J’ai emmené au moins 4 livres avec moi et j’ai plusieurs fois lu quelques pages par-ci par-là, mais jamais rien de sérieux..

Je ne sais pas comment font ceux qui lisent en vacances, mais je crois bien que ma famille (bien nombreuse) pourrait être un motif valable.

Je vous reviens en force malgré mes études de droit (ça c’est pas drôle). Et je prendrais le temps de lire pour vous faires part comme d’habitude de mes avis fort intéressants (sarcasme).

J’espère que vous ne m’en voudrez pas de cette absence, car vous m’apportez plus que vous ne pensez.

Bilbo Le Hobbit – J.R.R. Tolkien

Bilbo_le_Hobbit4ème de couverture :

Prélude au Seigneur des Anneaux, Bilbo le Hbbit vous emmènera dans une bien étrange aventure … Mais qui est Bilbo? Un Hobbit tout ce qu’il y a de plus normal, qui aime boire, ripailler, discuter avec ses amis et, surtout, vivre une existence sans histoire !

Enfin, cela c’était avant les Nains, l’inquiétant Gollum, les araignées géantes de la forêt de Mirkwood, la Bataille des Cinq Armées, le dragon Smaug et son trésor…

Ce que j’en ai pensé :

J’ai enfin lu le Classique Bilbo le Hobbit, et en toute honnêteté je n’ai pas perdue mon temps.

C’est tout simplement un conte pour adultes. Certes avec beaucoup beaucoup de détails sur les descriptions, mais entre-nous, que serais un conte sans un univers spécial autour. Il m’a fallu un peu plus de temps que d’habitude pour le lire, mais c’était tout aussi amusant.

J’ai beaucoup aimé le style du narrateur, qui se place tantôt du côté des « gentils », tantôt du côté des méchant. Il n’est tout de même pas neutre, ce qui donne des descriptions de scènes très amusantes.

En bref, ne vous laissez pas décourager par l’épaisseur du livre, foncez!

N’hésitez pas à me faire part de vos impressions, si vous l’avez lu.

(juste une petite parenthèse cela dit, les éditeurs auraient pu faire un  petit effort sur la couverture…)

Le voleur d’ombres – Marc Levy

9782266216760FSEt si l’adulte que vous êtes devenu rencontrait l’enfant que vous étiez?

Enfant, il vole les ombres de ceux qu’il croise . . . et chacune de ces ombres lui confie un secret. Malgré lui, il entend les rêves, les espoirs et les chagrins de ceux qu’il aime. Que faire de cet étrange pouvoir . . . ?

Quelques années plus tard, le « voleur d’ombres » est devenu étudiant en médecine . . . Est-il encore capable de deviner ce qui pourrait rendre heureux ses proches, comme Sophie avec laquelle il étudie la médecine, ou Luc, son meilleur ami, qui voudrait changer de vie?

Amour d’une mère. Inoubliable premier amour. Amour qui s’achève . . . Amitié longue comme la vie. . . Le voleur d’ombres est une histoire d’amour au pluriel.

Ce que j’en ai pensé :

Le voleur d’ombres m’a séduite par son titre alors que je faisait un tour aux Bouquinistes. C’est mon premier Marc Levy, et j’ai pensé que de tous ses livres celui-là serait différent.

Je dois avouer que la 4éme de couverture ne vends pas très bien le roman. J’ai même hésité à le prendre à cause de ça.

L’histoire raconte la vie de ce petit garçon (oui, il n’a pas de nom dans le roman) qui vole les ombres des personnes qui s’approchent de lui et lorsque cela se produit, il entends les pensées les plus intimes des « propriétaires » de ces ombres.

Ce que je trouve intéressant dans les premiers chapitres est que l’on arrive à situer l’âge du narrateur (le petit garçon) par son style. Non seulement la façon de raconter mais aussi celle de voir la vie. Mais malheureusement, on se rend assez vite compte que le héros au pouvoir magique n’est qu’un banal garçon, avec une banale vie, et une bien banale philosophie de vie.

Pour cela, j’ai très vite voulu abandonner la lecture. C’est un roman qui, à mon avis, se veut profond mais qui ne l’est pas. Je ne suis peut-être pas la cliente idéale ^^.

PS : La fin est prévisible et décevante.

Elle s’appelait Anne Frank – Miep Gies

011110+Miep+Gies  Il y a bientôt quarante ans, le journal d’une adolescente bouleversait le monde.
Elle s’appelait Anne Frank et elle était juive.
En mars 1945, elle est morte au camp de Bergen-Belsen, où elle avait été déportée. Dans le local exigu où le Frank avaient survécus, cachés de longs mois, une femme retrouva les feuilles du journal d’Anne, resté dans la mémoire de tous comme le symbole de l’innocence face à l’Holocauste.

Et voici que, par la grâce de cette femme, Miep Gies, Anne Frank revit.
Anne et les siens, ceux qui vécurent terrés dans la peur et la clandestinité de l’Annexe, à Amsterdam.
Quelqu’un les a connus, aidés, aimés.
Quelqu’un qui, après de longues années, parle enfin.

Mettre en haut la photo du livre ouvert sur la première pages et tout en bas des extraits des photos du livre même.

Ce que j’en ai pensé :

Elle s’appelait Anne Frank, contrairement au titre, ne raconte pas seulement l’expérience d’Anne en particulier, mais de toute la Hollande Juifs et Non-Juifs.

Le point de vu de Miep Gies sur ce qui se passe à l’annexe est très différent bien sûr. Car je ne vous cache pas que je m’attendais, avec un titre pareil, à lire un témoignage larmoyant sur la petite Anne. Je vous dis tout de suite : ce n’est pas du tout de cela qu’il s’agit. C’est un récit plutôt informatif.De toute manière, que pouvait nous apprendre Miep Gies à propos d’Anne plus que son journal même?

On apprend, avec beaucoup de fierté (pour ma part) à quel point Miep, son mari Jan Gies et beaucoup d’autres « aryens », ont été de véritables héros, luttant chaque jour contre l’oppresseur, juste pour protéger leurs amis dépourvus de défense, quitte à en mourir. (et la je viens de faire la phrase la plus longue de l’histoire..).

En bref, j’ai beaucoup apprécier ce témoignage, et beaucoup admiré le courage et la force de cette petite dame d’un mètre cinquante.

Voici quelques photos présentes dans le livre :

miep4_1557541cimg158miep

La femme parfaite est une connasse – Anne-Sophie & Marie-Aldine Girard

71ImWOfAOwLCe livre est LE guide pour toutes les femmes imparfaites*. Vous y découvrirez notamment des théories comme « la jurisprudence de la frange« , « la théorie du pot de cacahuètes » ou encore le concept universel de « comment garder sa dignité quand on est complètement bourrée« , « comment réagir devant un bébé laid« , ou « les questions qu’on ne veut pas poser à un homme si on ne veut pas entendre les réponses« .

*Il peut également être lu par les hommes qui auraient envie de combler certaines lacunes..

Ce que j’en ai pensé :

Cela faisait un bout de temps que ce livre trainait dans la bibliothèque, et je me suis dit qu’après les quelques livres que je venais de lire il fallait faire une petite pause et lire quelque chose de léger.

On peut noter sur la 4ème de couverture que ce « guide » est destiné aux « femmes imparfaites ». Je me dis donc qu’il est fait pour moi et que je vais m’éclater et apprendre peut-être des astuces en même temps.

Quelle ne fut pas ma déception, en parcourant les premières pages! J’ai trouvé l’humour lourd et les conseils superficiels. Je me suis sentie exclue du genre de filles, censé regrouper toutes les filles.

Peut-être ne suis-je pas la cible, et peut-être que je n’ai pas compris l’humour des auteurs..

Si vous l’avez lu, parcouru ou abandonné comme moi, racontez-moi, partagez tout ça dans les commentaires. Je serais peut-être mieux éclairée.